• Homélie du Mercredi des Cendres

    Les cendres c’est ce qui reste quand tout a été brûlé. Alors,

    -                      nous pouvons regarder les cendres en pensant à notre condition humaine.

    -                      et nous pouvons aussi regarder les cendres en pensant au feu qui les a produites. 

    En ce mercredi des Cendres, 1er jour de Carême, l’Eglise nous invite à réchauffer nos cendres au feu de l’Amour de Dieu.

    Et le Carême est alors le temps de la recherche du feu qui couve sous la cendre : l’Amour de Dieu toujours présent malgré tout.
                Une des préfaces de Carême du mercredi des Cendres nous dit ceci pour bien commencer le Carême :
    « Chaque année, tu accordes aux chrétiens de se préparer aux fêtes pascales dans la joie d’un cœur purifié ; de sorte qu’en se donnant davantage à la prière, en témoignant plus d’amour pour le prochain, fidèles aux sacrements qui les ont fait renaître, ils soient comblés de la grâce que tu réserves à tes enfants bien-aimés. » (première préface pour le Carême)

     

    1) En ce mercredi des Cendres, commençons donc par le but, par l’objectif du Carême qui nous emmène jusqu’à la grande fête de Pâques : l’objectif du Carême est double

    - se laisser toucher par le feu de l’Amour de Dieu,

    - et retrouver la force de notre baptême

    Nous retrouvons l’Amour de Dieu et la force de notre baptême dans le sacrement de la Confession en recevant le Pardon de Dieu et dans le sacrement de la messe, en recevant la Parole de Dieu et le Corps du Christ.

                Ainsi le pape François dit : «Jésus-Christ s’est fait pauvre pour nous enrichir de sa pauvreté : c’est l’Amour de Dieu qui s’exprime en Jésus. L’Amour de Dieu présent en Jésus est grâce, générosité, et désir d’être proche.»

                Le but du Carême : Se laisser toucher par l’Amour de Dieu et retrouver la force de notre baptême avec les sacrements.

                Pour atteindre le but du Carême, trois attitudes, que nous connaissons bien, nous sont proposées.

     

    Le jeûne, la prière et le partage :

    2) Le jeûne :
                Reprendre conscience de nos dépendances : la nourriture, l’argent, internet…etc. Essayons de nous libérer d’une habitude qui nous enferme sur nous-mêmes et qui peut blesser notre prochain. On peut jeûner aussi de toutes ces paroles mauvaises que nous disons ou que nous pouvons penser ! A chacun de nous de chercher le jeûne dont nous avons besoin. 

    Confions au Seigneur une chose qui nous enchaîne actuellement. Pendant quelques instants, demandons-lui de nous libérer, de nous guérir pendant le Carême. Je le fais avec vous.

     

    3) La prière :  

         Le premier moyen de la proximité avec Dieu et aussi avec les autres, c’est la prière. Avec la prière, accueillons la présence de Dieu tous les jours de ce temps de Carême jusqu’à Pâques.

    Ecoutons le pape François : « Si nous estimons ne pas avoir besoin de Dieu, qui

    nous tend la main à travers Jésus le Christ, car nous pensons nous suffire à nous-mêmes, nous nous engageons sur la voie de l’échec.  »
                Oui la prière élargit notre cœur, purifie nos attentes et nos désirs, nous rend plus attentifs. La prière est une respiration indispensable chaque jour.

    Alors, soyons généreux, en ce Carême qui commence : 10 minutes, le matin ou le soir ou bien davantage. Dix minutes, au moins, pour inviter Dieu dans notre cœur, dans notre vie, dans notre Carême. Pendant quelques instants, demandons au Seigneur de nous aider à la prière quotidienne pendant le Carême. Je le fais avec vous.

     

    4) Le partage : Le Carême est un moment favorable pour se rapprocher des autres, pour manifester de l’attention aux autres, pour donner sa présence et du temps. 

    Le pape François nous encourage : « Il est beau d’expérimenter la joie de partager ce trésor qui nous a été confié pour consoler les cœurs brisés et donner de l’espérance à tant de personnes éprouvées. Il s’agit de suivre et d’imiter Jésus qui est allé vers les pauvres et les pécheurs avec tout son Amour. »

    Pendant quelques instants, demandons au Seigneur de nous désigner lui-même une personne dont nous allons prendre soin, au moins pendant le Carême.

    Cette personne n’en saura rien, mais Dieu le sait et nous aussi. Je le fais avec vous.

     

    Nous allons maintenant vivre l’imposition des Cendres, pour réchauffer avec l’Amour de Dieu et la force de notre baptême ce qui est devenu froid dans notre vie : pendant le Carême réchauffer le sens du jeûne, la prière, le partage.

    Pour cela, ne comptons pas que sur nos seules forces mais comptons sur les sacrements et en particulier sur la confession et la messe.

     

    Pendant quelques instants demandons au Seigneur qu’il nous aide, pendant le Carême jusqu’à Pâques, à retrouver la joie d’un cœur purifié !

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :