• Homélie du 5è dimanche du Temps Ordinaire

             Les textes bibliques nous donnent le témoignage d’une grande espérance. Nous le voyons d’abord dans la lettre de saint Paul (2ème lecture) : "Frères, je vous rappelle la bonne nouvelle que je vous ai annoncée : le Christ est mort pour nos péchés conformément aux Ecritures, et il fut mis au tombeau, et il est ressuscité le troisième jour conformément aux Ecritures."

             Cette annonce nous ramène au cœur de l'Évangile. Avec Jésus, le mal n'a plus le dernier mot. Le Christ est passé de la mort à la vie et il nous entraîne tous à sa suite.
             C’est Dieu qui fait le premier pas vers l’homme. Il en a été ainsi pour Isaïe (1ère lecture) : Dieu lui pose une question : "Qui enverrai-je ? Qui sera notre messager ? Et le prophète lui répond : "Je serai ton messager, envoie-moi." C'est ainsi que la rencontre avec Dieu renvoie toujours vers les autres. Dans ce monde souvent déboussolé, nous sommes appelés à être les témoins de son amour passionné. Dieu ne peut pas supporter que les hommes courent à leur perte.
             L'apôtre Pierre a vécu, lui aussi, une rencontre qui a bouleversé sa vie. Cela se passait au bord du lac de Tibériade.       

             Pour mieux comprendre cet évangile, il faut se rappeler que dans le monde de la Bible, la mer c'est le symbole des puissances du mal ; elle engloutit les navires et personne ne peut la maîtriser.

             Mais Jésus annonce la bonne nouvelle de Dieu plein d'amour et de miséricorde. Lui-même est venu chercher et sauver ceux qui étaient perdus.
             Et pour cette mission, le Christ n'a pas voulu être seul. La grande aventure a commencé avec des pécheurs du lac de Galilée. Jésus monte dans la barque de Simon Pierre et s'éloigne du rivage pour enseigner la foule. Pour Simon-Pierre et ses amis, la barque c'est leur lieu de travail et de vie. C'est là qu'ils passent la plus grande partie de leur temps.

             Aujourd'hui encore, le même Christ monte dans ma barque ; il s'invite sur mon lieu de travail, dans ma maison, là où je vis. C'est depuis ce quotidien qu'il m'enseigne.

             Prier c'est précisément accueillir le Christ dans ma vie, c'est prendre le temps de l'écouter depuis le cœur de mes activités.
             Cette rencontre avec Pierre a été marquée par un événement bouleversant : Jésus lui demande d'avancer au large et de jeter les filets pour prendre du poisson.

             Malgré l'échec de la nuit, Pierre et ses compagnons font confiance à Jésus.

             Le résultat est tellement extraordinaire qu'ils sont saisis d'effroi : "Éloigne-toi de moi, dit Pierre, je suis un homme pécheur."

             Mais Jésus le rassure : "Je ferai de toi un pécheur d'hommes.

             Cette parole du Christ vaut aussi pour nous.

             Être pêcheur d'hommes ce n'est pas les capturer mais les libérer de leurs chaînes et de tout ce qui tend à les engloutir.

             Il veut nous ramener tous à la vraie vie.

    « Maître sur ton ordre, je vais jeter les filets. »

             Dès ce moment, Pierre entrait dans une démarche de foi en Jésus.

             Le miracle eut lieu et l’exceptionnel arriva.

             Pierre réalisa la toute-puissance de Jésus et il comprit qu’il était vraiment le prophète. Le nouveau prophète qui guérissait les aveugles et les conduisait à la lumière. Pierre saisit de plus en plus que Jésus était vraiment le consacré et que l’Esprit du Seigneur était sur lui.

             Toute son expérience humaine venait d’être bouleversée en un instant. Il découvrit ce qui le séparait de Jésus. Il vit l’immense fossé entre l’homme et Dieu : la petitesse de l’homme et la grandeur de Dieu, l’imperfection de l’homme et la perfection de Dieu, l’impureté de l’acte humain et la pureté de l’acte divin.

             Pierre se rappelait que l’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. Pierre venait d’être illuminé et il dit à Jésus : Seigneur éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur.

             Il fut saisi d’effroi et il avait peur de perdre cette relation avec le Seigneur ce qui constitue la crainte biblique. Jésus le rassura et lui dit : Sois sans crainte.

    De plus Il lui confia une mission : Désormais ce sont des hommes que tu prendras.

             Pierre a fait confiance à Jésus, il a répondu à son appel et il a été illuminé.

           

    Aujourd’hui encore et toujours, le Seigneur rencontre des hommes et des femmes qu’il appelle à le suivre.

                Chaque personne est capable de faire l’expérience de la Présence de Dieu.

                 La perception de Dieu trois fois saint nous pouvons la vivre chacun à notre manière.

                Nous sommes tous capables de rencontrer le Seigneur, Père, Fils et Saint Esprit : c’est une capacité qui est en nous depuis toujours (il existe une expression latine pour dire cela : nous avons en nous une « capax Dei », une capacité à                                                                                                                          connaître Dieu).

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :