• Homélie du 13ème dimanche du Temps Ordinaire

     Homélie :

    En ce début de l'été, nous arrivons au terme d'une année scolaire et pastorale.

    Ceux qui le peuvent pensent aux vacances.

    Ils ont besoin de souffler, de laisser momentanément de côté leurs soucis, leurs responsabilités, leurs problèmes.

    Pour eux, ce n'est pas le moment de relancer des appels et de remettre en chantier des activités nouvelles.

    Et pourtant, les lectures d'aujourd'hui nous parlent d'appel, de choix, de mise en route.

    En effet, Dieu ne prend pas des vacances. Il ne cesse jamais d'appeler et de nous inviter à faire des choix.

    Son appel s'adresse à tous et il nous rejoint aujourd'hui dans la situation qui est la nôtre. 

    Dans la première lecture, nous avons d'abord l'appel d'Elie puis celui d'Elisée son successeur.

    Ces deux grands prophètes sont envoyés pour rappeler au peuple que la fidélité à Dieu est importante. Ils lui consacrent toute leur vie et toutes leurs énergies.

    Pourtant les contemporains d’Elie et d’Elisée se sont détournés de Dieu.

    Elisée est en train de labourer son champ.

    Quand Dieu appelle c’est au cœur de notre vie quotidienne, de notre travail, de nos occupations.

    Et c’est très souvent au moment où on s’y attend le moins.

    En jetant son manteau sur les épaules d’Elisée, Elie l’appelle à participer à sa mission. Celle-ci impliquera un choix. Pour lui c’est une nouvelle vie qui commence, une vie totalement consacrée à la mission.

    L’évangile nous montre Jésus montant vers Jérusalem. Il se dirige vers le lieu où il va être « enlevé de ce monde. » Le texte nous dit qu’il prend la route « avec courage. »

    Ce qui est important c’est de savoir que Jésus ne se dérobe pas à sa mission.

    Et surtout, Jésus ne veut pas que l’on fasse d’erreur sur ce qu’il est.

    Au cours de leur montée à Jérusalem, le groupe qui l’accompagne se trouve face à un village de samaritains qui refusent de les recevoir.

    Les disciples se souviennent alors d’Elie qui a fait tomber le feu du ciel.

    Jésus ne veut pas de ça ; lui qui est l’Amour et qui ne cesse de nous parler de l’Amour du Père, ne peut envisager des solutions de violence.

    Pour répondre à l’appel de Dieu, il ne s’agit pas de suivre notre idée mais de choisir toujours la miséricorde de Dieu.

    Plus tard, en cours de route, de possibles disciples viennent lui proposer leurs services : il y en a trois qui se proposent pour suivre le Christ.

    La réponse que Jésus fait au premier ne laisse pas de doute sur ce que Jésus attend de lui : « les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids, mais le Fils de l’Homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête. »

    Le Christ mène une vie itinérante et pauvre. Il est souvent rejeté. Aujourd’hui on dirait presque que c’est un « sans domicile fixe. »

     Jésus avertit alors ceux qui veulent le suivre qu’ils doivent savoir se déplacer souvent.

    Le deuxième voudrait d’abord aller enterrer son père qui vient de mourir.

    Mais la réponse de Jésus est sans appel : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu. » De la part de Jésus qui est si respectueux de la loi juive, de tels propos peuvent choquer.

    Mais il nous fait comprendre que l’annonce du Royaume, l’annonce de la présence de Dieu dans nos vies, exige une détermination sans faille. Quand le choix est fait, on ne revient pas en arrière.

    Le troisième appelé veut d’abord faire ses adieux aux gens de sa maison. Il demande un délai. Mais l’appel du Christ a bien pour conséquence un choix de vie.

    C’est ce que Jésus lui-même a vécu : Il a quitté le confort de sa maison familiale de Nazareth, il a vécu de nombreux choix qui l’ont conduit jusqu’au don de sa vie.

    Toutes ces paroles qui nous parlent d’appel, d’engagement, de décision ferme et de mise en route sont aussi pour nous. 

    Dieu ne prend pas de vacances. Il ne cesse pas d’appeler.

    Son appel est à destination de tous et de chacun.

    La période d'été nous permet des rencontres, des échanges avec des personnes que nous ne rencontrons pas le reste de l'année.

    Le Seigneur nous appelle et nous envoie dans le monde pour que nous y soyons les témoins de son amour.

    Par notre baptême, nous sommes tous consacrés comme prophètes et apôtres de ce monde. C’est dans notre vie de tous les jours, dans notre travail, nos loisirs, nos vacances, que nous avons à témoigner de cette bonne nouvelle de la présence de Dieu dans nos vies.

    Il est urgent que cette bonne nouvelle rejoigne chacun là où il est.

    Le Seigneur ne cesse d’appeler chacun de nous sans exception que nous soyons bien portants ou avec des problèmes de santé.

    Nous sommes tous appelés et envoyés pour donner le meilleur de nous-mêmes sans regarder en arrière.

    Par exemple, le dimanche, nous sommes tous appelés à nous rassembler pour nourrir notre foi, notre espérance et notre amour.

    Soyons alors des vrais témoins de la foi qui fait vivre.

    Voici une question pour la semaine qui vient : De quelle foi, je témoigne autour de moi par les choix que je fais ?

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :