• Homélie 7è Dimanche Temps Ordinaire

     

    Homélie sous la forme d'un enseignement :   Faîtes du bien à ceux qui ne vous aiment pas.

    Cette semaine nous avons une homélie (sous la forme d'un enseignement) sur l’Evangile du 24 février qui est le 7è dimanche du Temps Ordinaire. « Ordinaire » ne veut pas dire moins important. Le Temps Ordinaire est symbolisé par la couleur « verte » qui signifie « la vie » et « l’espérance » et c’est le temps de la lecture suivie de l’Evangile de l’année (celui de St Luc).

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Luc 6, 27-38)

    En ce temps-là, Jésus déclarait à ses disciples : « Je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue. À celui qui te prend ton manteau,
    ne refuse pas ta tunique. Donne à quiconque te demande, et à qui prend ton bien, ne le réclame pas. Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous, faites-le aussi pour eux. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment. Si vous faites du bien à ceux qui vous en font, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs en font autant. Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir en retour, quelle reconnaissance méritez-vous ? Même les pécheurs prêtent aux pécheurs pour qu’on leur rende l’équivalent. Au contraire, aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour. Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants. Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et l’on vous donnera : c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans le pan de votre vêtement ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira de mesure aussi pour vous. »

    Ces paroles de Jésus ne peuvent pas nous laisser indifférents :

    « Aimer ses ennemis, … donner sa tunique à celui qui nous a déjà volé notre manteau. »

                En pensant à ceux qui vont entendre ce passage d’Evangile pendant la messe de dimanche prochain je devine deux réactions possibles.

    La première : un refus de ces consignes qui semblent être un défi au bon sens, d’où la possible réaction : « Quoi, entretenir le voleur dans son vice, rester muet devant la haine ? »

    La deuxième : une inquiétude ou encore une angoisse en reconnaissant humblement que ce ne sont pas nos attitudes spontanées, et que nous n’arrivons pas à mettre en pratique ce passage de l’Evangile.

                Alors, essayons de comprendre cet Evangile en croyant de tout notre coeur que Jésus le Christ veut notre bonheur en nous parlant ainsi.

    Voici trois réflexions pour nous aider :
    1) : Ces paroles de Jésus ne sont pas un défi au bon sens. 
    2) : Elles constituent une nouveauté radicale. 
    3) : Elles sont praticables.

                1) : Ces paroles de Jésus ne sont pas à « prendre au pied de la lettre ». C’est leur signification qui compte : Il ne s’agit pas, par exemple, de tendre la joue droite à chaque fois que quelqu’un nous frappe sur la joue gauche !

                2) : Les paroles de Jésus constituent une nouveauté radicale. Nouveauté radicale par rapport à la Loi de Moïse. Jésus n’est pas venu pour l’abolir, mais pour l’accomplir, la pousser à son extrême limite. Les dix commandements avaient en quelque sorte fixé un minimum en dessous duquel il ne fallait pas descendre pour être sur un chemin de vie et de bonheur. Et voici que Jésus veut dépasser la règle du minimum. Il introduit un plus, un toujours plus. Pas seulement ne pas tuer, mais faire vivre, pas seulement aimer ceux qui nous aiment, mais aimer ceux qui ne sont pas aimables, pas seulement la loi du donnant-donnant, mais donner gratuitement. Jésus nous propose d’inventer une attitude toute nouvelle. Nouveauté radicale : « Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent. Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient. » 

    Et, avez-vous fait attention à l’argumentation de Jésus ? : « Alors votre récompense sera grande, et vous serez les fils du Très-Haut, car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants. Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. » Jésus nous demande de suivre son exemple et de ressembler ainsi à Dieu le Père (son Père et notre Père), en vivant avec une inconditionnelle bonté. Jésus Christ, Dieu fait Homme par Amour pour nous, nous révèle sa formidable confiance en chacun de nous. Dans toutes nos relations, nous sommes toujours capables d’attitudes plus grandes que nous, en imitant Jésus. Mais qui peut vivre à cette hauteur ? Ces paroles de Jésus qui nous parlent de gratuité, de désintéressement, de pardon sont-elles mises en pratique parfois et par qui ?

                3) : Ces paroles de Jésus sont-elles praticables ? Elles sont praticables oui, car elles sont pratiquées. Regardons bien. Oh ! il ne s’agit pas de fermer les yeux sur les haines, les atrocités, les rancunes, les vengeances, qui sont précisément le contraire de l’Evangile. C’est le lot quotidien de la vie des hommes entre eux. Certes, on ne peut pas fermer les yeux là-dessus. Mais on peut aussi les ouvrir, avec la foi en Jésus Christ, pour découvrir, au coeur de ce monde de violence, des gestes de gratuité et de pardon. Regardons bien, tout près de chacun de nous. Dans un couple qui veut durer, par exemple, vous le diriez mieux que moi. Un couple tiendrait-il, si chaque conjoint ne consentait pas souvent à d’innombrables concessions et aussi à de généreux pardons ? Dans une communauté religieuse, les moines, les moniales ont besoin d’emprunter souvent ces chemins de réconciliation et de miséricorde ouverts par Jésus. Dans le monde, enfin, l’actualité nous révèle parfois des gestes héroïques et des engagements désintéressés : En tant qu’aumônier du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD) je suis témoin de «don de soi» jusqu’à risquer la prison ou la mort chez des partenaires des pays en voie de développement qui ont mis la solidarité auprès des plus pauvres au centre de leur vie.

                Pour conclure, voici le témoignage d’un prêtre que j’ai lu dans une feuille paroissiale à Paris : «Un jour, une paroissienne de 76 ans sonne à la porte du presbytère et demande à voir le prêtre. Elle a besoin de me parler car elle vient d’être bousculée par des jeunes dans le métro, qui voulaient lui dérober son sac. Puis, elle sort une enveloppe de son sac à main. «Voici, mon père, c’est une petite offrande. Vous la donnerez à une oeuvre qui s’occupe des délinquants. Vous comprenez, il faut bien les aider, ces jeunes.» Je suis très étonné par cette réaction : Pas un mot de colère ou de haine mais le réflexe de l’amour, le réflexe de l’Evangile. En la voyant, je regardais en elle ce que pourrait être la terre, si le levain de l’Evangile faisait partout lever le beau pain de notre humanité.»

                Pour Dieu, nous sommes à égalité, et «celui qui veut être le plus grand sera votre serviteur.» Jésus nous le montre clairement en lavant les pieds de tous ses disciples. Lui qui est Dieu fait Homme, accepte d’être notre serviteur. Jésus le Christ nous renvoie à nos relations humaines, à nos relations familiales, nos relations professionnelles, à nos relations amicales. Chaque personne est invité à vivre ses relations à la manière de Jésus.

                Demandons au Seigneur de nous éclairer de son Esprit Saint, afin de nous donner de voir et de faire les choses à sa manière. « Père, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés. » En effet, la manière dont nous vivons avec notre entourage le plus immédiat, puis envers toute personne qui est notre prochain, témoigne de l’amour que nous avons les uns pour les autres et témoigne de l’Amour que le Seigneur donne à chacun sans exception.

    Question pour un partage :

    – Chacun est invité à vivre ses relations à la manière de Jésus. Connaissons-nous des exemples concrets de personnes qui pratiquent la bonté radicale de Jésus christ ?

    Proposition à vivre dans la semaine :

    - Alors comment allons-nous vivre cette semaine ? Allons-nous faire une démarche d’amour ? Allons-nous essayer d’aimer nos ennemis, ceux qui ne nous aiment pas ?

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :