• Homélie 19è dimanche ordinaire

    Homélie :

             Les lectures de ce dimanche nous invitent à vivre de ce qu’on appelle les trois vertus théologales, c'est-à-dire les vertus qui caractérisent notre relation avec Dieu : la foi, l’espérance et la charité.

             La foi d’abord. Dans sa première encyclique « Lumière de la foi », le pape François écrit ceci : « La foi est liée à l’écoute. De cette façon la foi prend un caractère personnel. »  
             La foi est une confiance en une personne, le Christ. La foi, c’est l’expérience, la rencontre de Jésus Christ. Pour l’entendre et en vivre, il faut savoir faire silence, écouter son cœur, entrer dans une lecture priante de l’évangile.

             La foi est une assurance dont Dieu nous fait cadeau, que nous sommes destinés à partager sa vie divine, son intimité, parce que  nous croyons que Dieu nous aime immensément et que, pour cela, rien ne doit nous décourager sur le chemin vers la sainteté.      Nous nous appuyons, dans la confiance, dans la foi, sur Jésus le Christ qui nous aime chacun personnellement.

             L’espérance ensuite, c’est la vertu de la foi vécu au quotidien. L’espérance nous fait croire que demain, ça ira mieux, quand aujourd’hui, tout va mal.

             C’est l’espérance qui nous permet de « rester en tenue de service et de garder nos lampes allumées » (Luc 12,35). Car pour attendre le maître à son retour des noces (Luc 12,36), il faut savoir l’espérer. C’est pourquoi, l’évangéliste Luc formule cette béatitude que nous venons d’entendre : « Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour » (Luc 12,37). Pour veiller, il faut simplement avoir un cœur en désir, c’est garder au fond de soi un petit peu d’espérance allumée. 

             La charité. La charité, qui est l’Amour, est la réponse au don gratuit de Dieu qui se donne tout entier en Jésus Christ. Avec la foi nous découvrons l’Amour de Dieu. Alors, notre charité, notre amour est notre réponse plus ou moins parfaite à l’Amour de Dieu : « Tenez-vous prêts : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. » « Restez en tenue de service ». Le service de la charité, de l’amour.

             Vivons en serviteurs fidèles, dans la foi, l’espérance et la charité que nous appelons aussi l’amour.

             Aime ! Ne cesse jamais d’aimer ! Tu n'auras jamais fini, car Dieu même veut te combler. L'évangile de ce dimanche nous suggère de concevoir notre vie comme un rendez-vous d’amour où l’on prépare son cœur pour le Seigneur qui vient, l'Amour qui vient.   

             Sur son lit de mort, Thérèse d'Avila dit : « Il est temps de nous voir, mon Aimé, mon Seigneur. C’est l'heure. » Trois cent ans plus tôt, Claire d’Assise murmurait aussi : « Je pars en toute sécurité, j’ai un bon guide pour la route... Béni sois-tu, Seigneur, toi qui m’as créée ! » Jésus viendra à notre rencontre au jour inévitable de notre mort, à l’heure « imprévisible ».

             C'est à cette éventualité que le texte évangélique d'aujourd'hui nous place d’abord.

             Mais l’Evangile que nous venons d’entendre va plus loin et plus profond. C'est dès maintenant, que le Seigneur vient.

             Il s'agit de ces innombrables « venues » de Dieu que nous manquons trop souvent parce que nous sommes ailleurs, et que nous ne « veillons » pas.

             Dieu vient de mille manières. Dans sa Parole proposée chaque jour que nous pouvons lire dans les revues du Prions en Eglise ou du Magnificat. Dans le doux élan intérieur qui nous invite à lui consacrer un peu de temps de prière chaque jour. Dans toute personne qui a des besoins naturels : « J'ai eu faim, et tu m'as donné à manger. J’ai eu soif, et tu m’as donné à boire. J’avais de la peine et tu m’as consolé. »

             En se faisant Homme en Jésus Christ, Dieu vient de mille manières. Dans les évènements imprévisibles, joies et contrariétés, peines et plaisirs : « Je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps » : dit Jésus.

             - Dieu vient de mille manières. Au moment des courses à faire, du dîner à préparer, des obligations de chaque jour : c'est le Seigneur qui vient !

             - La porte à ouvrir, la lettre à écrire, : c'est le Seigneur qui vient !

             - Le téléphone à décrocher, c'est le Seigneur qui vient !

             - La migraine à supporter, le malade à visiter : c'est le Seigneur qui vient !

             - Les personnes rencontrées chaque jour : c'est le Seigneur qui vient !

             Oui, Seigneur, fais de nous des veilleurs de la foi, de l’espérance de la charité là où nous vivons.

             C’est là où nous vivons que le Seigneur vient chaque jour.

    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :