• Enseignement Fête Dieu

     

    Vers le dimanche 23 Juin :

    Voici un enseignement vers le beau dimanche de « la Fête Dieu » appelée aussi Fête du Saint-Sacrement, Corpus Domini, Corpus Christi. Une fête qui affirme et honore la présence réelle de Jésus-Christ dans le pain et le vin consacrés pendant la messe.

    Tous mangèrent à leur faim. Il en resta douze paniers.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9, 11-17 :

      En ce temps-là, Jésus parlait aux foules du règne de Dieu, et guérissait ceux qui en avaient besoin. Le jour commençait à baisser. Alors les Douze s’approchèrent de lui et lui dirent : « Renvoie cette foule : qu’ils aillent dans les villages et les campagnes des environs afin d’y loger et de trouver des vivres ; ici nous sommes dans un endroit désert. » Mais il leur dit : « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Ils répondirent : « Nous n’avons pas plus de cinq pains et deux poissons. À moins peut-être d’aller nous-mêmes acheter de la nourriture pour tout ce peuple. » Il y avait environ cinq mille hommes. Jésus dit à ses disciples : « Faites-les asseoir par groupes de cinquante environ. » Ils exécutèrent cette demande et firent asseoir tout le monde. Jésus prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction sur eux, les rompit et les donna à ses disciples pour qu’ils les distribuent à la foule. Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés ; puis on ramassa les morceaux qui leur restaient : cela faisait douze paniers.

                Tous mangèrent à leur faim. Il en resta douze paniers.  La preuve qu’il y en avait assez, c’est qu’il en a resté beaucoup. Douze paniers ! Cela nous donne à penser qu’il y en a eu pour tout le monde et pour bien plus et pour longtemps après.

                C’est cela la grande merveille qu’il nous est donné d’accueillir à chaque messe. Avec le Seigneur Jésus, il y a de la nourriture pour tout le monde, tout le temps.  N’est-il pas venu pour que nous ayons la vie en abondance, en surabondance ?

                Il est lui-même « pain de vie » offert pour rassasier tout être humain d’une nourriture de sens, de lumière, d’amour dont nous avons besoin pour vivre, pour tenir dans l’espérance, pour avancer dans la vie, pour devenir comme lui des êtres bienveillants, d’amour, de compassion, de service.

                Jésus le Christ nous fait comprendre qu’il ne nous abandonnera jamais quand nous avons faim, quand nous sommes dans le désert, quand nos ressources diminuent.  Il est là. Il est toujours là.

                Cependant Jésus ne vient pas se substituer à nous dans nos solidarités, nos capacités de nous prendre en main pour assurer notre survie et celle des autres. Il appuie nos efforts, il sollicite notre part et notre bonne volonté. Il veut que nous soyons des gens responsables, artisans efficaces d’un partage équitable des ressources.  C’est avec « nos 5 pains et nos 2 poissons », nos pauvres ressources mises en commun qu’il choisit de faire quelque chose. Jésus les multiplie ; il y en a pour tout le monde ; et il y a des restes pour nous assurer que nous pourrons encore et toujours puiser dans tout ce qu’il nous donne.

                Cependant, comme le weekend synodal de la Pentecôte (8 et 9 juin 2019 à Orléans) nous l’a rappelé, il y a de moins en moins de personnes qui viennent à la messe ; et il y a aussi chaque année une diminution du nombre de baptêmes, de mariages, de demandes de sacrements.

                Jésus le Christ serait-il en panne de multiplication de nos « 5 pains et 2 poissons » ? Non, bien sûr que non !!! Il demeure présent au cœur de nos vies. Il est toujours là. Toutes les formes existantes de sa présence nous soutiennent et nous donnent courage : en premier sa présence réelle à chaque Eucharistie qui fait de nous, quand nous communions, « des tabernacles vivants », des porteurs de sa présence au monde, à nos contemporains.

                Chaque messe, chaque communion au Corps du Christ témoigne qu’il utilise le pain que nous apportons (notre vie, nous-mêmes) pour s’offrir à nous, pour être présent en nous et aux autres à travers nous ; et il reste des hosties dans le tabernacle pour demeurer toujours au milieu de nous comme une réserve à laquelle nous pourrons toujours puiser la foi, l’espérance et l’amour dont nous avons tant besoin.

                Le pape François nous éclaire en disant :

                « Que de mamans, que de papas, avec le pain quotidien, coupé sur la table de la maison, ont rompu leur cœur pour faire grandir leurs enfants, et les faire bien grandir ! »

                « Que de chrétiens, comme citoyens responsables, ont rompu leur propre vie pour défendre la dignité de tous, spécialement des plus pauvres, des exclus et des discriminés ! »

                « Où trouvent-ils la force pour faire tout cela ? Justement dans l’Eucharistie : dans la puissance d’amour du Seigneur ressuscité, qui aujourd’hui aussi rompt le pain pour nous et répète : « Faites cela en mémoire de moi » (1Co 11, 24.25). »

                « Faites cela ». C’est-à-dire prenez le pain, rendez grâce et rompez-le ; prenez le vin, rendez grâce et distribuez-le. Nous venons de l’entendre dans l’Évangile. Devant les foules fatiguées et affamées, Jésus dit aux disciples : « Donnez-leur vous- mêmes à manger ». Jésus bénit et rompt les pains et les poissons jusqu’à rassasier toutes les personnes rassemblées, mais les 5 pains et les 2 poissons ont été offerts par les disciples, et Jésus voulait précisément ceci : qu’au lieu de congédier la foule, ils mettent à sa disposition le peu qu’ils avaient. Et ensuite, les morceaux de pain et de poissons, rompus par les mains du Christ, passent dans les pauvres mains des disciples, qui les distribuent à la foule. Les disciples deviennent missionnaires !!!

                Et en devenant missionnaires ils sont encore plus disciples de Jésus car être missionnaires : C’est “faire” avec Jésus, c’est “donner à manger” avec Lui.

                Il est clair que la multiplication des 5 pains et des 2 poissons ne veut pas seulement rassasier la faim d’un jour, mais elle est signe de ce que le Christ entend accomplir pour le salut de toute l’humanité en donnant son Corps et son Sang (cf. Jn 6, 48-58).

                Et, comme le synode du diocèse d’Orléans nous le rappelle, à la suite de l’Evangile, le Christ n’agit jamais sans nous, sans ses amis, ses disciples. Nous offrons le peu de pains et de poissons que nous avons, le Christ les multiplie, nous les recevons des mains de Jésus et nous les distribuons à tous.

                « La fête Dieu », « la fête du Saint Sacrement », « la fête de l’Eucharistie, de la messe » c’est un geste pour faire mémoire du Christ ; un geste pour donner avec le Christ à manger à la foule d’aujourd’hui ; un geste pour rompre notre foi et notre vie comme signe de l’amour du Christ pour chacun et pour le monde entier.

    Question pour un partage :

                Voici les phrases écrites par les délégués synodaux des paroisses du Loiret dans l’atelier « Eucharistie missionnaire » et proposées à notre évêque pour qu’il promulgue une orientation synodale sur la messe le 1er octobre prochain. Parmi les 3, quelle est la phrase qui me parle le plus et pourquoi ?

    L'Eucharistie dominicale missionnaire

    Nous voulons que l’Eucharistie soit un signe parlant pour nos contemporains. Nous voulons encourager les paroisses à INNOVER. Nous voulons sortir de nos entre-soi et devenir des communautés plus ouvertes et accueillantes.

    Les 2 suivantes

    1. Accueillir très activement les fidèles avant et après la liturgie pour une messe qui prend son temps et qui donne la force du Christ pour oser inviter des amis, des voisins… à la découvrir.
    2. Nous désirons une liturgie belle, solennelle et nourrissante, favorisant une communion personnelle et communautaire plus profonde avec le Christ, nous aidant à en rayonner.
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :